Mont Blanc, 4810 m

8h10, lundi 1er août 2011, j’arrive un peu par hasard au club. Un copain pilote est la avec sa femme, ils préparent un vol à destination du Mont Blanc, départ dans 30 minutes. Jeannot, un des anciens du club et habitué de ces vols pas tout à fait ordinaires sera notre guide, autant touristique (il connait les Alpes comme sa poche) que technique (il a déjà fait des dizaines de vols au mont Blanc et sait donc ou passer pour en prendre plein la vue et surtout le faire en sécurité ! Il connait également les us et coutumes radiophoniques helvétiques). Il reste une place  vacant a bord, et Thomas me propose de les accompagner, offre acceptée sans hésitation, je n’ai rien de prévu ce matin.

On s’installe à bord, mise en route, nous roulons à partir de 8h50. Décollage 02, des nuages bas sont à quelques nautiques du bout de la piste, le 180 CV de notre DR400 nous permettent d’être largement au dessus et de profiter d’une vue féerique à l’issue du décollage. Puis nous mettons le cap sur le Mont Blanc, celui la même que nous tend si souvent les bras lorsque l’on regarde vers le sud et que la visi est bonne depuis la verticale de Pontarlier.

Paysage féerique à l'issue du décollage de Pontarlier LFSP
Paysage féerique à l'issue du décollage de Pontarlier LFSP

On aborde rapidement le lac Léman, après avoir croisé la ville de Lausanne, et nous ne tardons pas à découvrir les premiers contreforts des Alpes.

Lausanne. On aperçoit la terrain de la ville entre les nuages.
Lausanne. On aperçoit la terrain de la ville entre les nuages.
Les premiers contreforts des Alpes au pied du lac Léman
Les premiers contreforts des Alpes au pied du lac Léman

Puis on passe aux choses sérieuses : on attaque franchement les Alpes, c’est la qu’on commence à en prendre pleins les yeux :

On attaque les Alpes
On attaque les Alpes

Le voyage nous fait également survoler de nombreux lac artificiels, je trouve ces barrages encore plus impressionnants vu du ciel.

L'un des nombreux colosses de béton
L'un des nombreux colosses de béton

Rapidement, nous abordons les neiges éternelles et les premiers glaciers :

Glacier
Glacier
La neige immaculée des montagnes
La neige immaculée des montagnes

Après avoir survolé quelques superbes arrêtes…

Une arrête
Une arrête
... puis une autre
... puis une autre
Un refuge "un peu perché"
Un refuge "un peu perché"

… nous pouvons enfin admirer de tout près le fameux Mont Blanc :

Les traces des nombreuses cordées qui montent au sommet
Les traces des nombreuses cordées qui montent au sommet
Le sommet du Mont Blanc
Le sommet du Mont Blanc
Sur le retour, une vue un peu plus globale du massif Mont Blanc
Sur le retour, une vue un peu plus globale du massif Mont Blanc

Nous croiseront même des avions beaucoup plus bas que nous, slalomant entre les sommets, et même un avion posé sur la neige.

Nous remettons bientôt le cap sur Pontarlier, des images pleins les yeux. Dernières photos, nous sommes bientôt en vue de Pontarlier. Nous retrouvons le sol pontisalien après 1h35 de vol.

Un "petit caillou"
Un "petit caillou"

Si les images de cet article vous ont plus, vous pouvez en découvrir d’autres dans cet album.

Merci encore à Thomas pour cette superbe virée… bon, le problème, c’est qu’une fois qu’on la fait, on a qu’une seule idée en tête : le refaire au plus tôt !

About

View all posts by

2 thoughts on “Mont Blanc, 4810 m

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *