Première leçon

Mi-septembre, Bertrand, l’instructeur qui sera chargé de ma formation m’apprend par mail que le comité à validé mon adhésion, et que je suis désormais membre à part entière de l’aéroclub. Pour moi, cela signifie que je vais -enfin- pouvoir commencer ma formation de pilote privé ! Je me dépêche donc de réserver un créneau sur le F-GPRF, le Cessna 152 qui sert d’avion école dans mon aéroclub. Il n’y a pas de créneau disponibles avant fin septembre, je réserve donc une première heure de vol fin septembre. Le 20 septembre, il faut beau, et je vois que ça vole pas mal, alors je prend ma bicyclette et je vais à l’aérodrome voir les avions manœuvrer. La, je croise Bertrand, qui part en instruction avec l’un de ses élèves, et qui me propose, comme toujours en de pareilles situations, de les accompagner en « sac de sable ». Bien sur, j’accepte. Au retours du vol, Bertrand me dit qu’il a une navigation prévue tôt dans la matinée le lendemain (8h !!!) qui ne pourra certainement pas avoir lieu étant donnée de la météo prévue. Si ce vol à lieu, Bertrand me propose une fois de plus de venir faire le sac de sable, et si ce vol n’a pas lieu, alors le créneau sera disponible… et alors Bertrand me propose d’en profiter pour prendre ma première leçon.

Inutile de vous dire que le lendemain matin, ce 21 septembre 2008, je n’ai eu aucun mal à me lever, et un peu avant 8h, j’étais à l’aéroclub ! Bertrand et son élève sont déjà en train de plancher sur les bulletins météo, et les conditions ne sont pas réunies pour effectuer la nav initialement prévue. En revanche, pour un vol local, les conditions sur le terrain sont correctes, et on peut entreprendre sans soucis un vol ! Super, aujourd’hui, c’est mon tour !

Nous effectuons donc le briefing, au programme, la « découverte » des 3 axes d’évolution d’un avion (roulis, tangage et lacet), découverte qui n’en sera pas vraiment une pour moi puisque mon petit bagage théorique du BIA m’apporte déjà quelques éléments et que j’ai déjà volé un petit peu. Et puis, il faut bien commencer par quelque part n’es-ce pas ! Cette séance sera également l’occasion pour Bertrand de juger de mon aisance dans l’avion.

Le Cessna 152 de Pontarlier
Le Cessna 152 de Pontarlier

Puis il est temps de commencer les « travaux pratiques », Bertrand commence par me montrer la prévol, un élément important de la sécurité, car elle permet de vérifier que l’avion est OK pour prendre la voie des airs (on aime autant découvrir les éventuels problèmes au sol pour prendre la décision qui s’impose tranquillement plutôt de que découvrir un problème majeur en vol !). C’est le moment d’ouvrir grand mes oreilles, car la prochaine fois, ça sera à moi de faire la prévol ! Puis nous nous installons à bord de l’avion, je prend la place gauche, celle du pilote ! Vers 8h55, nous mettons en route, puis Bertrand me montre le roulage jusqu’au point d’arrêt pour effectuer les essais moteurs et la checklist avant décollage. Aujourd’hui, la piste en service est la piste 20, nous n’aurons donc pas besoin de remonter la piste avant de nous aligner et nous nous alignons directement.

Mise en puissance, 50 nœuds (soit peu ou prou 90 km/h), je tire sur le manche, et nous voici en l’air ! Premier virage vers la droite un fois que nous avons dépassé le seuil de piste, puis nous prenons un cap sud-ouest pour rejoindre notre secteur d’évolution. Nous faisons quelques exercices pour étudier les axes, puis nous récupérons le circuit de piste pour rejoindre le plancher des vaches. Bertrand reprend les commandes pour me montrer l’atterrissage, la piste en service est toujours la piste 20, nous nous posons, puis 180° sur la piste pour la remonter, et nous rejoignons le parking.

Rapide débriefing, ça c’est bien passé, je me suis senti à l’aise, il y a encore beaucoup de choses à apprendre, mais c’est un bon début !

20 minutes de vol, 20 minutes de pur bonheur, 20 minutes que j’inscris sur la première ligne de la première page de mon premier carnet de vol. 20 minutes qui resteront certainement longtemps dans ma mémoire. 20 minutes en tant qu’élève pilote qui deviendront, un jour, des heures en tant que commandant de bord !

Et pour ne rien gacher, j’ai droit à un « extra » : il y a un meeting aujourd’hui à Besançon, et deux Alpha-Jet de la Patrouille de France nous font un passage au dessus de la piste ! Sympa !

About

View all posts by

4 thoughts on “Première leçon

  1. La première leçon est toujours la meilleure et reste celle dont on se souvient longtemps après 😉
    Profite bien de tes leçons, le plus important est de conserver une cadence régulière pour ne pas oublier les réflexes si durement acquis

  2. Merci de ton commentaire et de tes encouragements 🙂 . En fait, depuis ce 21 septembre, j’ai pus reprendre 4 autres leçons de pilotage, pour un total de 2h45 de vol (les récits sont en cours, je manque un peu de temps en ce moment…), le dernier vol remonte au… 25 octobre, car en fait, je ne suis sur Pontarlier que le WE, et la météo (et mes disponibilités/celles de mon instructeur) ont fait que les quelques leçons entre cette date et aujourd’hui n’ont pas pu avoir lieu ! Prochaine leçon prévue dimanche, mais cela semble mal engagé, car de la neige risque de s’inviter !

    Bref, pour le moment, la cadence est quelque peu malmenée, mais en même temps, je savais que je risquais de m’exposer à ce genre de soucis (aléas météo) en commençant le pilotage en automne.
    Enfin, on ne va pas chercher à voler pour voler, si les conditions en sont pas au rendez-vous, on annule et on ne prend pas de risques tant pis. C’est ça aussi le charme du VFR 😉 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *