Lâcher & Coupe Farina

Ça y est, le grand jour est arrivé, hier, le jour que tous les élèves pilotes attendent avec impatience. Ce jour, c’est celui du lâcher !

Pour planter le décors, la scène se passe hier. Je participe au club à l’organisation d’un rallye aérien avec quelques autres membres (dont Bertrand, mon instructeur). A 7h30, nous sommes tous sur le pont, à terminer l’agrafage de nos questionnaires. La coupe, surnommée Coupe Farina en hommage à l’un des anciens instructeur et figure du club se décompose en deux parties, une partie théorique au sol, et une partie pratique en vol qui consiste à reconnaitre des séries de photos en suivant un itinéraire. Les prévisions météo étaient assez pessimistes, mais nous avons décidé de maintenir la coupe, quitte à faire effectuer aujourd’hui uniquement la partie au sol et à repousser les vols au samedi suivant si les conditions ne permettent pas l’exécution de la partie en vol en toute sécurité. Vers 9h, l’aérodrome se bâche, le plafond descend à environ 200 ou 300 ft, et à partir de ce moment là, nous concluons que les vols seront certainement difficilement réalisables aujourd’hui. Peut-importe, la dizaine d’équipages engagés ont l’air de s’amuser plus que tout sur nos questionnaires théoriques que nous avons voulus humoristiques.

Quand à nous, équipe d’organisation, nous nous amusons tout autant et prenons un grand plaisir. Le club est animé ce matin, malgré des conditions difficiles. Mais comme on est jamais au bout de nos surprise, dame météo décide de nous gâter, et vers 11h, on commence à observer de belles percées de ciel bleu parmi les nuages qui augure tout de bon pour la réalisation de quelques vols dans l’après-midi.

Nous mangeons sur place et vers 13h, un équipage décide de se mettre en vol pour tenter la partie pratique en vol. Nous les laissons partir et attendons leur retour avec impatience pour avoir les premiers feedback de l’équipage sur la partie pratique. Une grosse demi-heure plus tard, ils sont de retours, le sourire jusqu’aux oreilles, de toutes évidence, ils ont pris beaucoup de plaisir.

Coupe Farina - Retour du premier équipage
Coupe Farina - Retour du premier équipage

Peu à peu, la météo nous invite vraiment à nous mettre en l’air et plusieurs équipages prennent donc la voie des airs pour tenter à leur tour leur chance sur la partie en vol.

Par la suite, plusieurs équipages nous confieront s’être beaucoup amusés à cette coupe. Comme certains équipages n’ont pas pus voler aujourd’hui, nous décidons de leur laisser jusqu’à samedi prochain pour effectuer leur partie en vol, mais surtout de réitérer l’ensemble des épreuves samedi prochain pour les éventuels équipages qui voudraient également tenter leur chance et qui n’auraient pas pus venir cette semaine.

Il est environ 15h, et Bertrand se met en l’air avec l’un de ses élèves, Alexandre. La leçon débute comme beaucoup d’autres, par des tours de piste. Nous les voyons revenir sur le terrain, puis l’avion s’immobilise en bout de piste et nous voyons Bertrand descendre. Ça y est, pour Alexandre, c’est le grand jour, celui du lâcher. Il fera 2 tours de piste, et les photos à son retours parlent d’elles même :

Alexandre au retours de son lâcher
Alexandre au retours de son lâcher

16h, c’est à mon tour de prendre la voie des airs avec Bertrand. Prévol sans soucis, nous nous installons à bord, et nous remontons la piste en vue d’un décollage en 02. Aligné, mise en puissance, nous nous élançons. Montée initiale sans encombres, nous passons en vent traversier puis en vent arrière, je constate que le ciel au sud-ouest est assez sombre, mais rien de dramatique pour le moment. Passage en étape de base puis en finale, assez bien stabilisée. L’impact avec le sol est assez « franc » car j’arrondis un peu tard et pas de façon assez prononcée. Nous repartons pour un second tour de piste. Tout au long du tour de piste, j’annonce à la radio « pour un toucher » et Bertrand me laisse faire. Finale, dans ma tête, je suis toujours partis pour un toucher. L’avion reprend contact avec le sol, et je commence à remettre les gazs quand Bertrand m’interrompt et me dit dans la foulée « C’est à ton tours ». Cette fois-ci, c’est à moi de jouer, mon cœur bat à la chamade ! Je dépose Bertrand sur le parking du club, dernières instructions de sa part avant le grand saut, je peux faire un ou deux tours de piste en fonction de l’évolution de la météo, à moi de décider. Je me met à rouler jusqu’au point d’arrêt. Je recycle l’avion pour un décollage. Les axes sont dégagés, j’annonce à la radio « Pontarlier de Fox-Roméo-Fox, je pénètre et je remonte la piste en vue d’un décollage en 02 solo ». Le roulage me parait déjà différent, mais c’est peut-être juste psychologique ! Pendant la remontée de la piste, je me remémore à haute voie les procédures en cas de pannes et je revérifie plusieurs fois que mes paramètres sont dans le vert.

Alignement, recalage du directionnel et mise en puissance, comme d’habitude ;-). La puissance est affichée, les paramètres dans le vert, la badin déjà actif, ça accélère vite, très vite. 50 nœuds, il est déjà tant de tirer sur le manche, je m’envole, je suis seul à bord, je laisse l’avion prendre sa vitesse de montée. Je monte, l’avion est léger, ça monte vite, le seuil de piste à peine dépassé, il est déjà temps de rentrer les volets car je suis à 300 ft. Ensuite, tour de piste standard, en vent arrière, j’annonce une option. Je suis à l’aise, je ne me trouve pas trop stressé. En étape de base, j’annonce une option à la radio, que je corrige rapidement en complet, ma décision est prise, cela me permettra de me concentrer pleinement sur ma finale. Je profite à 200% de ce moment magique. Je tourne en finale, mon altitude est bonne, sortie des pleins volets et plein réduit pour prendre mes 60 nœuds en finale. 60 nœuds, j’ajuste ma puissance, l’axe et le plan sont bons, je continue. Courte finale, les paramètres sont toujours bons, je franchis le seuil de piste, le coupe les gazs, l’avion descend, il n’y a plus qu’à arrondir, et me voila à nouveau sur le plancher des vaches. J’annonce que ma vitesse est contrôlée. Je continue sur le bandeau de goudron pour rejoindre le parking ou m’attendent le comité d’accueil. Bertrand bien entendu, mais également toute la joyeuse clique d’élèves et les collègues de l’organisation de la Coupe Farina. L’un des élèves de Bertrand joue le marshaller et me permet de m’arrêter pile sur la croix. J’annonce que je quitte la fréquence, puis procédure d’arrêt moteur standard, que du bonheur ! Je descend de l’avion, c’est quand que j’y retourne ? Poignée de main avec Bertrand, puis petite séance photo devant l’avion.

Bertrand et les deux lâchés du jour
Bertrand et les deux lâchés du jour

J’ai le droit de noter mes 10 premières minutes en tant que Commandant de Bord dans mon carnet de vol après 14h00 (!!!) de vol en double commande et presque un an jour pour jour après mon premier vol avec instructeur. Je compte encore en marquer beaucoup dans cette colonne, vivement le prochain vol !

Pour ne rien gâcher, la journée se terminera par un superbe arc-en-ciel. Tout cela est juste magique, on en voudrais tous les jours des journées comme celle-la !

Argh, c'est beau !!!
Argh, c'est beau !!!

Il est temps de ranger les avions. La pluie semble vouloir s’inviter et le soleil part se coucher.

Le soleil va se coucher, merci pour cette belle journée !
Le soleil va se coucher, merci pour cette belle journée !

Je voulais d’or et déjà (nous auront encore beaucoup de vols à faire ensemble avant d’arriver au brevet) remercier ici mon instructeur, Bertrand, pour sa patience, sa sympathie, sa disponibilité, son humour… ainsi que Jean-Marie L, mon professeur BIA, grâce (ou à cause 😉 ) à qui j’en suis la aujourd’hui.

Je voulais également remercier tous les instructeurs et tous les membres du club, qui m’ont emmené de nombreuse fois partager leur passion.

About

View all posts by

6 thoughts on “Lâcher & Coupe Farina

  1. merci pour ton amicale pensée..
    tu es et vous êtes toutes et tous … »mes » petits jeunes du BIA et j’en suis trés fier.., fier de vous car vous donnez à la famille de l’air un nouveau souffle et une dynamique remarquable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *