Convoyage

5 novembre 2011, j’arrive au club pour une réunion qui a en fait lieu… la semaine d’après 😉 . Bon, pas grave, je reste quand même un peu sur place, il y a toujours à s’occuper au club 😉 . Je réceptionne un coup de fil de notre mécano qui n’est pas sur place, mais qui m’indique que le DR400 (le Papa X-Ray) du club n’attend qu’une météo favorable pour revenir de Gray, ou il est en révision des 6 ans depuis environ 2 semaines (soit bien trop longtemps pour bon nombre de membres du club !).

On essaye de goupiller la chose avec Bertrand, mon instructeur. Il doit effectuer une nav avec un élève sur cet avion justement, il leur faudrait donc trouver un pilote qui soit en mesure de les emmener la bas avec un des quadriplaces du club (je ne suis pas en mesure de le faire, le seul quadriplaces sur lequel je suis lâché étant justement le DR400). Bertrand reçoit un coup de fil de son élève vers 11h30 qui lui indique qu’il ne se sent pas prêt pour la nav programmée, mais qui serait partant pour aller rechercher le Papa X-Ray. Je suis donc recruté pour aller chercher l’avion. Nous iront à Gray avec le Papa Oscar (le PA28 du club), ils me déposeront la bas et je rentrerais avec le Papa X-Ray. Rendez-vous pris à 13h30 pour un départ dans la foulée. Le temps de goupiller tout ça, il est déjà midi, reste donc 1h30 pour rentrer chez moi manger, récupérer mes affaires de vol et préparer un minimum cette petite nav (Gray est à ~30 minutes de vol verticale-verticale de Pontarlier).

13h30, j’arrive au club avec mon log de nav prêt, mon trajet tracé sur ma carte, j’ai même trouvé le temps de tirer une météo et de prendre les NOTAM. J’arrive donc fin prêt au club. Théo, un autre élève pilote sera du voyage.

Nous nous installons à bord du PA28, Sébastien en place gauche, Bertrand en place droite, moi et Théo à l’arrière. Décollage à 14h15, nous mettons le cap sur Gray via Besançon.

Décollage de Pontarlier
Décollage de Pontarlier
A l'entrée de la vallée d'Ornans
A l'entrée de la vallée d'Ornans

Comme Sébastien à prévu de passer à la verticale de Besançon (hauteur de survol minimal de 5000 ft, soit pour Besançon une altitude minimale d’environ 5800 ft), il nous faut monter, nous montons jusqu’à 6500 ft environ. Au passage, nous en profitons pour découvrir la toute nouvelle piste de Besançon La Veze (LFQM), réouverte il y a peu et que je n’ai pas encore eu le temps d’aller étrenner.

La nouvelle piste de Besançon La Veze (LFQM)
La nouvelle piste de Besançon La Veze (LFQM)

Pour moi, le passage à la verticale de Besançon est une découverte. Nous sommes tout près (10 minutes de vol), mais je n’étais jamais monté assez haut en tout début de vol pour faire la verticale :

L'un des tunnels de la voies des Mercuraux du contournement de Besançon
L'un des tunnels de la voies des Mercuraux du contournement de Besançon
Besançon justement nommé "La grande boucle" (Doubs)
Besançon justement nommé "La grande boucle"
Besançon
Besançon

Besançon franchi, nous descendons progressivement pour rejoindre l’altitude du tour de piste de Gray. Intégration et atterrissage sans soucis.

Arrivée sur Gray imminente
Arrivée sur Gray imminente

Arrivée au parking de Gray, le DR400 nous attend comme prévu sur le parking de l’atelier mécanique. Nous prenons quelques instants pour « livrer » des commissions destinées au mécanicien.

Prévol du DR400. RAS, je m’installe à bord du DR400 avec Théo. Nous avons convenu que je repartais devant Bertrand et Sebastien, étant plus rapide.

Mise en route, le moteur démarre au quart de tour comme d’habitude. Point d’arrêt, essai moteur, rien à signaler. La piste 07 étant en service, on remonte le 07. Alignement, la puissance est disponible, les paramètres dans le vert, pas d’alarme, le badin est déjà actif, avec la moitié des pleins et 2 à bord, nos 180 CV tirent fort ! Rotation, nous voici en l’air, le pilotage de cet avion est toujours aussi plaisant.

J’ai prévu un retour un peu différent du trajet aller. Verticale Saint Vit puis directe sur Pontarlier.

LFSP-LFEV via Saint-Vit
LFSP-LFEV via Saint-Vit

Passage sur Bâle Info, la contrôleuse m’annonce que je suis identifié radar avant même que je n’ai eu le temps de rentrer mon code transpondeur, la magie du transpondeur mode S (je n’ai pas percuté tout de suite et j’ai d’abord cru qu’elle s’était trompée 😉 . C’est bien si les centres de contrôle en route s’équipent enfin !).

J’en profite pour montrer à Théo les rudiments de la navigation, comme il est encore en formation initiale, il n’a pas encore eu l’opportunité de pratiquer la nav. Pontarlier est rapidement en vue. Nous roues touchent le bitume pontissalien un peu moins de 40 minutes après le début du roulage à Gray.

A peine l’avion est-il au parking moteur arrêté que le premier pilote arrive pour prendre possession de la machine. L’avion aura manqué, mais il est de retour au bercail pour le bonheur de tous les pilotes 😉 .

About

View all posts by

One thought on “Convoyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *