Nouvelle ville, nouveau club

Comme je l’évoquait précédemment, mon projet de fin d’études d’école d’ingénieur m’a poussé à quitter ma Franche-Comté natale, destination l’autre bout de la France : Bordeaux (et ma chérie m’a suivi 😉 ). Il était impensable pour moi de rester 6 mois (la durée de mon stage), si ce n’est bien plus (si j’ai des possibilités d’embauche suite à mon stage, il y a de fortes probabilités que nous restions dans la région) sans voler. Suite à notre déménagement (fin janvier),  je me suis donc mis en quête d’un aéroclub dans la région de Bordeaux.

Il y a 2 plateformes dans le secteur de Bordeaux, Yvrac et Leognan-Saucats. Mon choix s’est porté sur Saucats car il m’a paru plus facilement accessible (la distance de chez moi aux 2 terrains est en gros la même, mais Yvrac nécessitait de traverser ou de contourner tout Bordeaux, ce qui peut vite prendre du temps à cause des bouchons). Restait ensuite à choisir le bon club (il y en as 2 sur la plateforme), j’ai finalement opté pour l’aéroclub Dassault, structure 100% bénévole, très proche de la structure que je connaissais l’aéroclub de Pontarlier qui me convenait très bien (de plus, j’ai eu un bon contact avec des membres du club lors d’une visite au terrain). Par ailleurs, je retrouvais dans ce club des machines sur lesquels j’ai été lâché à l’aéroclub de Pontarlier (DR400 et C152), avec en sus des machines qui laissent encore des perspectives d’apprentissage intéressantes (un 172 G1000, de quoi exciter mon esprit geek et un TB20 certifié IFR, de quoi expérimenter un peu le pas variable/trains rentrants, voir pourquoi pas imaginer passer un jour l’IR privé… quand j’aurais un peu de sous !).

En attendant, nouveau club dit nouvelle machines et donc lâcher club. Les DR400 ne sont pas dispo en cette fin février, je décide donc de me faire lâcher d’abord sur le 152. Rendez-vous est donc pris avec l’un des instructeurs du club (un collègue de chez Thales !), un vendredi après-midi pour ce premier lâcher. Exercice intéressant :  tout change : la machine (bien que j’ai déjà bien pratiqué le 152), le terrain, l’instructeur… ajoutez à ceci un peu de vent de travers, et vous aurez une séance de lâcher club intéressante 😉 . Bref, une petite demi-heure histoire de faire 2-3 exercices et de prendre connaissance des spécificités du tour de piste (pas mal de zones sensibles au bruit). Me voila donc reconnu apte à piloter le Cessna. Merci Laurent pour m’avoir consacré un peu de ton temps !

Le "Delta-Mike", monture du jour (C) Airliners - Mogen Juhl
Le « Delta-Mike », monture du jour – (C) Airliners – Mogen Juhl

Rendez-vous est pris vendredi prochain pour un lâcher sur un des DR400, qui ne devrait pas me poser de soucis particuliers (à quelques différences près, un moteur un peu moins puissant et donc une capacité d’emport un peu moins importante).

Ce changement de club est l’occasion pour moi de prendre conscience du nombre de choses à connaitre dans un club. Je n’en avais pas conscience, car toutes ces choses que je sais sur mon club de Pontarlier, je les ai apprises en même temps que j’apprenais à piloter, au fur et à mesure. La, il faut tout apprendre rapidement pour être à nouveau opérationnel : conditions d’expérience récente pour voler sur les différents avions, procédures pour le plein d’essence, procédures spécifiques au club… bref, pleins de nouvelles choses. Heureusement pour moi, l’aéroclub met dans la zone membre du site beaucoup d’informations, autant de pense-bête qui devraient me permettre d’être autonome rapidement, et sinon, il reste toujours les membres plus anciens qui, je le sais, seront la si j’ai des questions.

Je reste cependant adhérant de mon club à Pontarlier, puisque j’espère bien avoir quelques occasions d’aller revoler la bas !

D’ailleurs, si des lecteurs ont des conseils de choses sympa à voir d’avion dans la région de Bordeaux, je suis preneur. J’ai déjà repéré :

  • Le bassin d’Arcachon, le cap Feret et la dune du Pilat
  • L’estuaire de la Gironde

About

View all posts by

2 thoughts on “Nouvelle ville, nouveau club

  1. Bienvenue en Gironde, Clément.
    Je vole également à Saucats mais à l’aéroclub de Bordeaux.
    Et je connais bien la Franche-Comté pour y avoir vécu 15 ans.
    Bons vols.

    1. Merci bien! La région nous (moi et ma copine) plait bien ! On verra si les montagnes nous manquent (j’adore vue d’avion, même si parfois la neige nous coupe temporairement les ailes faute de déneigement au terrain).
      Au plaisir de te croiser un jour au terrain !
      Bons vols à toi également !
      Clément

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *