Aérodej Angoulême

Le dimanche 27 octobre se tenait à Angoulême le 97ieme Aérodej, l’un des derniers sous cette formule puisque apparemment boutique.aero a une nouvelle formule dans ses cartons pour les éditions de 2014. Bref, un dimanche de libre, et un Aérodej à moins d’une heure de vol, tout est réuni pour tenter de s’y rendre !

Aérodej d'Octobre 2013 à Angoulême
Aérodej d’Octobre 2013 à Angoulême

Je serai accompagné de ma chérie, de notre fils, Hugo, et j’ai proposé la place restante vacante à l’un des membres du forum Jeunes Ailes, Antoine. La veille du vol, j’ai encore quelques doutes sur la météo. Ça sera visiblement bon sur Bordeaux, mais les prévisions annoncent du moins bon sur Angoulême. Le jour J, je me fait un point météo, on est quasi CAVOK à Bordeaux, le vent est assez soutenu comme attendu (le TAF de Mérignac donne temporairement 15 noeuds, rafales à 25 sur la plage horaire qui m’intéresse, mais dans l’axe). A destination, on nous annonce quelques nuages à partir de 3000 pieds, mais une bonne visi, rien de méchant :

METAR LFBU 270800Z AUTO 20010KT 170V230 9999 FEW032 SCT044 BKN230 16/13 Q1017=
METAR LFBD 270800Z AUTO 22009KT 9999 NSC 17/13 Q1019=
LFBD 270500Z 2706/2812 22010KT CAVOK TEMPO 2709/2714 23015G25KT BECMG 2721/2724 16012KT BECMG 2803/2806 24015G25KT BECMG 2806/2808 5000 RA BKN008=

Bref, la météo bonne sur Bordeaux, légèrement moins bonne sur Angoulême, mais ça reste largement VFR. Les WINTEM donnent 40 à 50 kts de vent du 240-250 sur le trajet, il sera dans notre dos à l’aller (orienté 55 à 65° par rapport à notre route moyenne), dans notre nez au retour.

Le WINTEM France du 27 octobre 2013 à 9h UTC pour le FL20
Le WINTEM France du 27 octobre 2013 à 9h UTC pour le FL20 – Pour rappel, une petite barre sur les plumes représente un vent de 5 kts (~9 km/h), une grande bare 10 kts (~18 km/h) et un triangle 50 kts (~93 km/h).

Ça semble donc volable, mais on s’attend à quelques turbulences.

Le trajet est simple navigation à l’estime jusqu’à Libourne, puis ensuite, nous suivrons en gros une ligne de chemin de fer qui nous mène jusqu’à Angoulême. Je prévois un retour plus par l’ouest, en contournant Bordeaux par le nord puis en essayant de transiter dans les zones de Mérignac (je n’ai pas encore eu l’opportunité d’aller me balader dans les zones de l’aéroport de Bordeaux, donc c’est l’occasion).

Mise en route vers 8h30, le vol aller est sans soucis. Comme prévu, le vent est au rendez-vous, dans notre dos, l’aller sera donc rapide. Nous dépassons assez facilement sur ce trajet plusieurs TGV (bons, ils roulent sur une ligne classique, donc leur vitesse à limitée à quelque chose comme 200 km/h). Comme ça ne turbule pas et que le vol est assez court, je décide de rester à 2000 pieds. Sur la fréquence du SIV, de nombreux autres avions indiquent se rendre à Angoulême. En tout cas, la dérive est sensible, de 15 bons degrés, comme prévu (la composante latérale est de l’ordre de 30 kts).

Il y a effectivement une dégradation assez nette de la météo en approchant d’Angoulême, mais rien de dramatique. 3 minutes avant d’atteindre le point S, je passe sur la fréquence d’Angoulême. Il y a du monde, mais la présence de l’AFIS permet d’écouler assez efficacement le trafic (c’est bien plus simple que lors de mon dernier Aérodej à Sarlat), la fréquence est chargée mais il est encore assez aisé d’en placer une quand nécessaire. Comme toujours et encore plus pendant les Aérodej, il faut ouvrir l’œil à l’approche du terrain, 3 paires d’yeux ne sont pas de trop ! Nous nous posons sans soucis sur la piste 28 avec un peu de vent de travers. Étrangement, cette branche a été assez calme, sans aucunes turbulences.

Nous débarquons, et allons nous régaler des délicieuses viennoiseries offertes par boutique.aero. Je fait connaissance sur place avec quelques uns des Jeunes Ailes autochtones. Nous en profitons pour leur présenter Hugo, ainsi qu’à quelques un des membres de la pilotlist présents. Malheureusement, le vent aura eu raison de certains d’entre eux (j’espérais faire la connaissance de Franck, qui venait de Lyon en sortie club. Ils auront mis 2h pour faire Lyon-Montluçon, soit seulement 220 km, une distance que l’on parcours normalement en environ 1h, ils ont préféré faire demi-tour).

Vers 11h, j’ai le sentiment que la météo se gâte un peu (et je ne suis pas le seul car nous avons été un certain nombre à repartir ensemble), je décide donc qu’il est temps de se mettre en route pour le vol retour. Le vent est toujours présent un peu de travers. Décollage sans problèmes à 11h30, nous repassons par la verticale pour reprendre la direction de Bordeaux. J’ai finalement décidé de prendre le même itinéraire qu’à l’aller. En effet, compte tenu du vent que nous aurons de face, je préfère aller au plus court (l’avion est réservé après nous), et le retour en contournant Bordeaux par l’ouest est plus long que le trajet aller d’environ un quart d’heure, sans compter le vent. De plus, ce trajet nous ferait affronter le vent de 40 à 50 kts de pleine face, plutôt qu’avec un angle de 45°, bref, très pénalisant. Le retour se fera donc en suivant une fois de plus la voie de chemin de fer, puis navigation au cap et à la montre jusqu’à Bordeaux.

Les traces GPS du vol. En roulage l'aller, en vert le retour.
Les traces GPS du vol. En roulage l’aller, en vert le retour.

Comme prévu, le retour est plus lent… le vent qui nous poussait nous ralenti désormais. Nous avons maintenant bien du mal à ne pas nous laisser distancer par les TGV… nous en avons suivi un un certain temps, puis il nous à dépassé… Sur cette branche, nous avons eu droit à quelques turbulences assez fortes. Étrangement, elles étaient assez isolées, nous avions une turbulence, puis le calme plate pendant 10 minutes, puis à nouveau un beau spécimen… j’ai hésité à monter mais :

  • les WINTEM confirmaient que le vent forcissait avec l’altitude
  • on retrouve assez rapidement la TMA de Bordeaux, avec le risque donc de devoir redescendre avant même d’avoir atteint une altitude plus calme, si je n’obtenais pas de clearance pour rentrer dans leurs espaces
  • les turbulences étaient assez isolées

Bref, j’ai opté pour la poursuite du vol à 2000 ft puis 1700 ft pour rester en dessous du plancher du la TMA de Bordeaux. Le retour se fera donc sans gros problèmes malgré quelques turbulences. Atterrissage un peu avant 13h à Saucats.

Au parking à Saucats
Au parking à Saucats

L’analyse des traces GPS donne une vitesse moyenne (hors roulage, décollage et atterrissage) de 235 km/h à l’aller et 170 km/h au retour (cohérent avec les prévisions de vent donc 😉 ).

Bref, encore une belle sortie, et en famille, la première en avion !

Cette sortie me permet d’ajouter un nouveau terrain sur ma cartapustules 😉 .

About

View all posts by

3 thoughts on “Aérodej Angoulême

    1. Héhé oui ça se méritait ! Content d’avoir enfin pu venu poser mes roues sur ton terrain. Super club house aussi de ce que j’en ai vu !

      Tu est encore sur Bordeaux il me semble pour les études… Faudra qu’on se fasse un truc à l’occaz !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *