Aérodej Sarlat

Il y a environ un mois, j’ai constaté que boutique.aero organisait un Aérodej pas très loin de chez moi, à Sarlat. L’idée d’en faire ma prochaine destination à donc rapidement germée… avion réservé pour ce dimanche 14 avril 2013, ça sera le F-GREP, DR400-160. Je décide de poster un message sur le forum de l’aéroclub afin de proposer à d’autres pilotes de se joindre à nous (moi et ma chérie), c’est des sorties toujours sympa à partager, et puis, ça ne fait que quelques semaines que je suis au club, si en plus je peut faire plus ample connaissance avec d’autres pilotes, c’est encore plus top !

Affiche de l'Aérodej de Sarlat - 14 avril 2013
Affiche de l’Aérodej de Sarlat – 14 avril 2013

J’ai finalement une réponse d’un autre pilote qui avait prévu d’y aller avec sa compagne en C152. Nous décidons donc d’y aller tous les 4, histoire de partager nos expériences (et les frais aussi 😉 ). Le hasard veut que ce pilote, Alain, soit aussi arrivé récemment dans la région (quelques mois avant moi) et qu’il vienne de Dijon, de l’est de la France également !

Un mail reçu le samedi matin confirme notre inscription à cet Aérodej, qui s’annonce exceptionnel, puisque 150 avions et 400 personnes sont inscrites, ce qui constitue le record d’inscription à cette manifestation, organisée tous les mois depuis 2007. Cet Aérodej s’annonce donc mémorable, d’autant plus que la météo s’annonce radieuse, enfin diront certains !

Après pas mal de péripéties (le GREP ayant été arrêté pour mécanique la veille au soir puis finalement ré-autorisé de vol), nous nous retrouvons au club le dimanche à 8h pour un décollage à 8h30. Nous convenons qu’Alain fera le vol aller, et moi le vol retour. Complément de plein et installation à bord, nous décollons à l’heure prévue à destination de Sarlat Domme LFDS.

Au départ à l'ouest de Bordeaux
Au départ à l’ouest de Bordeaux

Alain a opté pour l’utilisation de la radionavigation : verticale du VOR de Sauterne puis on tire sur la radiale qui va bien pour rejoindre Sarlat. C’est une bonne technique dans ce secteur, car il faut bien avouer que les repères au sol fiables font cruellement défaut dans cette région… On essaye quand même de suivre sur la carte, le passage travers Bergerac et verticale Belves (LFBE) sont en gros les meilleurs repères sur la branche.

Belves (LFBE), visiblement impraticable en ce moment car détrempé !
Belves (LFBE), visiblement impraticable en ce moment car détrempé !

On profite quand même des verticales de nombreux villages ou petites villes pour contempler nombre de châteaux ou d’abbayes.

Un pays plat et ses chateaux
Un pays plat et ses chateaux

On attend sur la fréquence d’Aquitaine Info que de nombreux avions convergent vers le même terrain que nous.

Nous passons sur la fréquence du terrain 6 minutes avant la verticale, aux alentours de 9h15. La fréquence est comment dire… déjà bien chargée. Pas facile d’en caser une. Il faut ouvrir l’œil pour repérer tous les avions dans le tour de piste. Intégration standard. Nous arrivons bientôt en finale, nous devons être quelque chose comme numéro 6… les avions se posent puis doivent continuer pour rejoindre le taxiway en bout de piste, le temps qu’ils le fassent, l’avion suivant est déjà en courte-finale… et donc contraint à la remise de gaz… pour notre part, nous auront 2 remises de gaz à effectuer, pour enfin nous poser en toute sécurité à la troisième approche.

Dégagement par le taxiway, nous sommes pris en charge par les bénévoles du club qui nous guident jusqu’à la zone ou nous pourrons parquer notre avion. Nous abandonnons donc notre monture pour nous rendre du côté de l’aéroclub, la ou les croissants nous attendent.

Le stand boutique.aero
Le stand boutique.aero
Le F-BEPX, alias Fulcrum ;-)
Le F-BEPX, alias Fulcrum 😉

Nous échangeons donc pas mal entre pilote autours de ces délicieuses viennoiseries proposées par boutique.aero.

Si cette table ne vous fait pas envie, je ne peux rien pour vous !
Si cette table ne vous fait pas envie, je ne peux rien pour vous !

J’en profite bien sur pour faire un peu le tour du terrain, le club a un Fouga exposé coté parking voiture dans un état remarquable et très bien mis en valeur.

Le Fouga devant le club
Le Fouga devant le club

Finalement, nous repartons un peu avant midi. Retour au parking, je prend une petite photo panoramique  mais c’est bien moins impressionnant qu’à notre arrivée car pas mal d’avions sont déjà repartis.

Le parking au moment ou nous repartons. C'était plein de l'autre coté du taxiway lorsque nous sommes arrivés !
Le parking au moment ou nous repartons. C’était plein de l’autre coté du taxiway lorsque nous sommes arrivés !

C’est à mon tour de prendre les commandes. Nous tirons l’avion en dehors de l’herbe (le terrain est très gras, c’est difficile d’en sortir au moteur). Nous ne sommes pas les seuls à vouloir repartir à ce moment la, et ça bouchonne à nouveau, mais au sol cette fois-ci !

Ça bouchonne pour repartir !
Ça bouchonne pour repartir !

J’opte pour ma part pour un itinéraire un peu touristique, par le nord de Bergerac. Verticale Sarlat (histoire de voir la ville tout de même !), puis travers Bergerac, Libourne puis enfin Saucats.

La route envisagée
La route envisagée

Finalement, après Libourne, nous décideront de prolonger un peu le long de l’autoroute pour finir en longeant la CTR de Bordeaux-Merignac histoire de pouvoir profiter un peu de la vue sur Bordeaux. Vol sans histoire, la visi et la météo est toujours aussi extra ! Atterrissage vers 13h15 sur la piste de Saucats. Un bien beau vol qui nous laisse encore une demi-journée complète pour profiter de cette belle journée. On en regrettera pas de s’être levé ce matin !

Les chiffres « finaux » données par boutique.aéro font état de 165 à 185 avions présents ce jour la ! Le trafic sur le terrain n’avait rien à envoyer à Roissy les jours de grand départs 😉 (pour donner un ordre d’idée, la capacité à CDG est de 114 mouvements/h, avec 4 pistes, soit 29 mouvements/heure/piste… en estimant que 150 avions ont atterri à Sarlat entre 8h et 12h et que la moitié sont reparti avant midi, on est à 56 mouvements/h, soit un atterrissage ou un décollage chaque minute 🙂 ). Merci aux bénévoles qui ont oeuvré sous un soleil de plomb pendant une bonne partie de la journée pour parquer méthodiquement tout ce monde.

Les photos ont été prises avec nos téléphones, car votre serviteur à eu la bonne idée d’oublier son appareil photo…

About

View all posts by

9 thoughts on “Aérodej Sarlat

  1. Arf ! Ça avait l’air sympa !! Pourquoi étais-je de permaneeeence?!!! Je serais venu sinon 🙁
    Il y avait assez de places pour tout les avions ??? Je connais pas le terrain mais ça fait énorme !

    Bons vols 😉
    Fabien

    1. Ouais, bien sympa !

      Ils ont trouvé de la place… parking tout le long du taxiway (l’herbe avait été fraîchement fauchée) et des 2 côtés. Bien organisé en tout cas !

  2. A notre arrivée à 10h30 , il n’y avait plus de place coté taxiway , on nous a dirigé de l’autre coté de la piste , par contre c’était trés humide .

    1. Wow la vache, je n’imaginais pas ! Effectivement, j’ai aussi pu constater que c’était très humide en rejoignant notre avion (il y avait une bande seche de quelques dizaines de cm de chaque côté des zones goudronnées, puis ça faisait floc floc). La piste en herbe de Belves était clairement inutilisable, l’humidité se voyait du ciel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *