De A à Z !

Samedi 10 avril, Bertrand est en vacances, loin de Pontarlier, et ne pourra donc pas être là pour aller voler. Il y a encore quelques mois, absence de l’instructeur signifiait pour moi pas de pilotage. Mais depuis que j’ai été lâché, j’ai déjà accumulé 2h de vol solo, et cela laisse donc entrevoir l’espoir d’un vol solo supervisé éventuellement par un autre instructeur. J’ai donc appelé la veille Bertrand pour voir avec lui si je pouvais envisager un lâcher solo avec un autre instructeur, et j’obtiens son feu vert, je peux même partir directement tout seul.

Samedi, 14h, j’arrive à l’aérodrome. Le vent est assez fort (je l’estime à environ 10 nœuds), mais dans l’axe, ça laisse se profiler un vol solo à l’horizon, malgré une visibilité médiocre. Vers 15h, Philippe, instructeur à Pontarlier (et par ailleurs co-pilote sur 747) arrive à l’aéroclub. Il à un vol prévu à 15h avec un autre élève, donc je lui saute dessus et lui demande s’il m’autoriserais à aller voler un petit coup en solo. Sans hésiter, il accède à ma demande, et m’autoriser à aller me mettre en l’air pour des tours de piste. Je prend possession de l’avion et entame la prévol, en surveillant du coin du l’œil la manche à air… qui commence à afficher un vent traversier… Je continue la prévol, puis surveille cette manche, qui finalement, daigne à se remettre dans l’axe au bout d’une minute. Je m’installe à bord. Philippe et son élève mettent déjà en route le PA28. De mon coté, je m’applique, c’est la première fois que je met en route tout seul. Tout est OK à bord, je peux mettre en route. « Pontarlier, de Fox Golf Papa Roméo Fox, bonjour. Un Cessna 152 au parking, une personne à bord, je roule au point d’arrêt en vue d’un vol local solo ». Au point d’arrêt, je fait mes essais moteurs, puis ma check avant alignement, mieux que jamais. J’attends que le PA28 Fox Papa Oscar ait décollé, puis je m’engage sur la piste. Arrivé à deux tiers de piste, le « Papa Oscar » s’annonce en finale, Philippe me précise que je peux continuer, ça sera un exercice de remise de gaz pour eux, je cherche à accuser réception, mais l’immat du Papa Oscar ne me revient pas : « Bien reçu Papa… Philippe ». Philippe ne se gène pas pour relever, je pense que Papa Philippe, ça va rester 😉 ! J’arrive en bout de piste et je me met sur le coté gauche de la piste et j’attends que le Papa Oscar se soit posé pour m’aligner. Alignement, check avant décollage effectuée, je met la puissance. Puissance affichée, paramètres moteur dans le vert… et badin actif, je continue. Je suis rapidement en l’air. Je commence par un tour de piste « standard » à 3700 ft (donc 1000 ft sol), vent arrière… je me met à converger vers la piste… beaucoup même ! Je vire en base et rattrape mon altitude pour avoirs mes 500 ft en début de finale.

Finale dans l’axe, j’ai mon plan, l’axe est bon… comme j’ai du vent de face, je décide de garder une vitesse indiquée de 60 kts au badin, et on corrige la vitesse de descente en fonction, pas plus de 250 ft/min (à corriger en fonction du vent, aux alentours de 200 ft/min probablement) pour garder le plan. J’arrive au dessus de la piste, j’entame mon arrondis en réduisant les gaz, je doit arriver à peine vite, car je touche… et je rebondis, mais j’ai le bon réflexe et je ne rend pas la main, c’est le point positif de cet atterrissage, à défaut d’être propre. Les volets, les gaz, la réchauffe, et on repart.

Trace GPS vol du 10 mars 2010
Trace GPS vol du 10 mars 2010

300 pieds, on rentre les volets, je continue sur des tours de pistes à 800 ft/sol. Ils sont mieux, je ne converge plus trop (de toutes façons, en tours de piste 800 ft/sol, si on converge, on est vite à la verticale de la piste xD), voir plus du tout. Virage en base puis en finale, je me pose à nouveau, je suis encore un toujours un peu à gauche de cette satanée piste (et Philippe qui m’as vu me suivait et était en finale dernière moi l’as bien vu ^^), ils n’auraient pas pu la faire à peine plus à gauche pour que je me pose bien sur le trait ^^. Bref, on repart. Nouveau tour de piste à 800 ft/sol. J’arrive en finale, et en courte, je décide de remettre le gaz, je fait donc un dernier tour de piste. Dernier tour de piste, atterrissage mieux geré, et surtout mieux centré sur la piste, je suis assez content de cet attero et donc c’est sur cet atterrissage que je termine ce vol solo, mon tout premier vol solo, effectué de A à Z sans instructeur à bord, depuis la mise en route. Encore une nouvelle étape de franchie pour moi !

About

View all posts by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *