Flash Iridium

C’est lors de l’utilisation d’une application destinée à calculer les heures de passages d’ISS et de satellites radioamateurs que j’ai découvert les flash iridium. Les satellites Iridium sont des satellites défilants qui constituent une constellation utilisée par les terminaux Iridium et destinées à offrir des services voix et données tout autours de la Terre. Ces satellites, actuellement au nombre de 72  en orbite (66 actifs et 6 de secours), gravitent à environ 780 km d’altitude et à une vitesse de 27 000 km/h.

Ces satellites ont la particularité d’avoir 3 antennes (dimensions 1,88 x 0,86 m) dont la surface est extrêmement réfléchissante. Si certaines conditions sont réunies (positionnement satellite/soleil/observateur), ces antennes produisent un flash particulièrement visible depuis la surface de la Terre (certains flash sont tellement puissants qu’ils sont visibles de jour). Les flash les plus puissants atteignent une magnitude de -8 (très exceptionnellement -9,5 selon certaines sources). La magnitude exprime la brillance d’un objet céleste. Plus le chiffre est faible, plus la brillance est forte. Entre chaque unité, on multiplie par brillance par environ 2,5 (pour donner un ordre d’idée, étoile du berger (Venus) : -4,6, Lune : -12,6, Soleil : -26,7). Avec une magnitude de -8, les flash Iridium sont 30 fois plus puissants que Venus.

Satellite Iridium - Photo par Cliff, Wikimedia
Satellite Iridium – Photo par Cliff, Wikimedia

A l’occasion d’un séjours au beau milieu de la Creuse, j’ai constaté qu’un passage de satellite Iridium avec une magnitude de -8 était prévue pour la position ou je me trouvais à une heure raisonnable (19h20, pas au milieu de la nuit ou aux aurores). N’ayant pour le moment observé que des magnitudes maximales aux alentours de -6,5, j’ai décidé de sauter sur l’occasion. Je profite de la présence de mon beau frère, Arnaud, qui a l’habitude de faire de la photo de la voûte céleste de tenter de photographier le phénomène que je lui fait découvrir. Les conditions dans le secteur sont idéales : nous somme loin de toute grande ville (peu de pollution lumineuse donc) et ce soir la, il fait très froids (un peu en dessous de 0), donc pas de brume !

Je n’ai jamais photographié de flash iridium, nous paramétrons donc l’appareil sur des paramètres utilisé habituellement par Arnaud : expo de 30 secondes, ISO 800, ouverture f/3,5 . Le matériel est un Canon 550D équipé d’un grand angle Tokina 11-16 f/2.8 en position 11 mm et mise au point sur l’infini. Le tout sur trépied bien entendu.  Nous avons opté pour un début de la prise de vue 15 secondes avant l’heure du flash indiquée par mon application. Le niveau du smartphone est très pratique pour valider l’azimut choisie pour l’appareil photo (c’est du one shoot car il n’y a qu’un seul passage).

Les paramètres du passage du satellite sont les suivants :

  • Satellite : Iridium 12
  • Le satellite apparaît à 19:14:22 au sud-sud-est pour 10° d’élévation, disparition 19:22:12 nord-nord-est pour 27° d’élévation
  • 22 décembre 2014
  • Flash à 19:20:51, élévation 44° au nord-est, magnitude -8,0
  • Position : a proximité de Saint Dizier Leyrenne (Creuse – 23), plus précisément dans le lieu dit Teilet
  • C’est l’antenne gauche qui produit le flash
  • Ciel sans lune

La carte du ciel (issue du site Havens-Above) :

Carte du ciel du 22 décembre 2014 mentionnant la trajectoire du satellite Iridium 12. Source : Heavens Above
Carte du ciel du 22 décembre 2014 mentionnant la trajectoire du satellite Iridium 12. Source : Heavens Above

Le résultat est inespéré :

Flash Iridium - Satellite 12 - 22 décembre 2014 - Photo : Arnaud D.
Flash Iridium – Satellite 12 – 22 décembre 2014 – Magnitude -8.0 – Photo : Arnaud D.

Pour les prédictions, j’utilise 2 applications sous Android (j’imagine qu’on peut trouver leur équivalent sous iOS…) :

Heaven Above (une application très récemment arrivée sur le Play Store) a l’avantage de fonctionner hors-ligne, sans nécessiter de connexion à Internet. L’application calcule elle-même les paramètres des passages en fonction de la position courante. C’est très pratique quand on ne dispose que d’une mauvaise connexion de données (au hasard au milieu de la cambrousse dans la Creuse…). ISS Detector télécharge les informations sur le site Heaven Above (il ne fait pas les calculs lui même). Selon la qualité de la connexion, il n’est pas toujours simple de récupérer les données des passages (c’est parfois très long…). Par contre, il dispose d’un module de « pointage » très précis et puissant : il présente une boussole qu’il suffit de pointer dans la direction indiquée, et d’un niveau qui permet de se représenter l’élévation.

La carte du ciel de l'application Heavens Above sous Android
La carte du ciel de l’application Heavens Above sous Android
La boussole/niveau de l'application ISS Detector sous Android
La boussole/niveau de l’application ISS Detector sous Android

Ceux qui ne disposent pas d’un smartphone peuvent obtenir des prédictions de passe directement sur le site Heaven Above, en renseignant leur position d’observation. Il faudra ensuite se munir d’une boussole pour s’orienter et exploiter les données fournies par le site.

About

View all posts by

6 thoughts on “Flash Iridium

  1. C’est vrai que cette expérience était époustouflante pour un néophyte comme moi. Le flash de lumière était vraiment puissant. Je ne m’attendais vraiment à une telle lumière ! Je conseille à tous les amateurs de tenter l’expérience si les conditions sont réunies. Et quelle précision dans les explications. Merci Clément

  2. Impressionnant ce reportage ainsi que les photos et explications détaillées.
    Bravo pour ce magnifique travail dont nous ont parlé Emile etJacqueline Devoir ,nos grands amis;
    Jean-Claude et Nadine Henry

  3. Bonjour
    J’aimerai savoir comment on peut trouver une localisation de flash iridium à l’avance dans une région.
    Merci. Je suis vraiment débutante et ne connais pas grand chose à tout celà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *