Les rigueurs de l’hiver

Comme il faut bien profiter des vacances, et que les belles journées d’hivers sont de retours à Pontarlier, j’ai décidé d’en profiter. Pour continuer sur ma lancé de la veille, j’ai repris un leçon de pilotage ce 3 janvier, même heure, même endroit 😉 .

Comme d’habitude, j’arrive au club une petite demi-heure avant mon créneau. Je trouve sur place l’un de mes copains du BIA déjà breveté qui à décidé de se faire ce matin un petit vol sur le 152. Ce matin, le moteur semble ne pas vouloir démarrer, et malgré ses multiples tentatives, le moteur ne démarre pas. La batterie, déjà affaiblie par le froid devient vite incapable d’entrainer le moteur. Des autres membres du club, plus expérimentés, arrivent, et étant donné la situation, nous proposent de sortir la réchauffeuse pour préchauffer le moteur puis tenter de le faire démarrer.

Nous nous mettons donc en quête de la réchauffeuse, ce qui n’est pas une mince à faire. Si nous trouvons rapidement l’appareil, il nous manque en revanche son câble d’alimentation (380V) et la prise qui va bien… Après avoir bien cherché, nous trouvons l’un, puis l’autre ! Nous installons le matériel, le mettons en route, et pendant qu’il fait son travail, nous retournons au club house au chaud boire un petit café.

Nous retournons ensuite vers l’avion. La réchauffeuse à fait son travail et le moteur à récupéré quelques degrés. Mon créneau pour mon vol est déjà dépassé, mais comme il n’y a personne après moi, je laisse mon collegue du BIA faire son vol, je ne suis pas pressé. Ce coup-ci, tout le monde retient son souffle, et contre toute attente, le moteur démarre au quart de tour !

Nous profitons donc pour faire un briefing complet avec Bertrand. Au retours de l’avion, je fait la prévol, tout est OK, nous pouvons y aller. Au programme aujourd’hui, le vol lent. Comme il y a toujours de la neige sur la piste, même procédure pour le décollage que hier, nous remontons la piste, je m’aligne, l’avion accélère, hop on est en l’air. Nous gagnons un peu d’altitude afin de se mettre en sécurité pour l’exercice de vol lent. Bertrand me fait la démonstration, l’objectif de l’exercice est de faire ralentir l’avion jusqu’au déclenchement de l’avertisseur de décrochage tout en conservant le palier. C’est ensuite à mon tour d’effectuer la manœuvre. Je réduit les gaz, puis je tire sur le manche au fur et à mesure que l’avion perd de la vitesse afin de l’empêcher de descendre. J’essaye de surveiller la vitesse du coin de l’œil, nous avions constaté lors de la démonstration que l’avertisseur de décrochage se déclenchais entre 45 et 50 kts, notre vitesse continue de chuter, et toujours aucune alarme ! Bertrand me signal que malgré l’absence de signal, nous sommes en train de décrocher, donc je lui rend les commandes pour sortir du décrochage. Comme de toutes évidences, nous avons un dysfonctionnement de ce coté la, nous interrompons l’exercice.

Il est maintenant temps de rentrer au bercail ! J’essaye de me repérer et je crois avoir retrouvé le chemin vers l’aérodrome. Bien m’en a pris, après m’avoir laissé cherché un peu, Bertrand m’indique que je n’ai pas du tout pris le bon cap. Il me remet dans le droit chemin et me propose quelques techniques pour retrouver le bon chemin de retours. Nous nous intégrons dans le circuit de piste, puis regagnons le plancher des vaches.

Ainsi s’achève ce vol d’une grosse demi-heure, qui m’aura encore fait voir un paysage féérique !

C’est quand le prochain vol déjà ?

Ci dessous, le tracé GPS de la deuxième partie du vol, assez sympa !

Trace GPS du vol du 3 janvier 2009

About

View all posts by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *