Le Robin DR400

Cette article est le deuxième de la série que je vous présentais ici, et pour ce deuxième article, j’ai décidé de vous présenter l’un des avions phares des aéroclubs français : le Robin DR400. Cet avion à pour moi un caractère un peu particulier car c’est sur un avion de ce type que j’ai effectué mon baptême de l’air (aux commandes !) en 2008 (voir la deuxième partie de ce billet).

Le DR400 est l’un des avions les plus populaires en France, et pour cause, c’est un avion Français, construit par la société Robin. Présenté en 1972, c’est une évolution d’une version précédente, nommée DR300. C’est un avion de conception classique, de type Jodel, à ailes basses, avec une structure en bois entoilé, train tricycle et offrant 4 places à son bord. Les ailes sont assez caractéristiques, avec un dièdre prononcé à mi-aile.

Le "Papa X-Ray", l'avion de mon bapteme
Le Robin DR400-180 F-GTPX à Pontarlier

Ce qui fait le succès de cet avion, c’est peut-être sa vaste gamme de motorisation, qui s’étend de 108 à 200 CV et qui permet à l’avion de se positionner aussi bien en tant qu’avion école (en version 108 ou plus souvent 120 CV), tandis que la version 180 CV est un vrai avion de voyage 4 places, capable d’embarquer 4 passagers, les pleins, et se paye même le luxe d’autoriser encore l’emport de quelques kg de bagages grâce à sa charge utile d’environ 500 kg. La version 200 CV étant quand à elle plutôt réservée au remorquage. Depuis le début des années 2000, Robin a également proposé une version motorisée par moteur Diesel 135 CV, en lieu et en place des classiques moteurs à essence Lycoming, plus gourmands en carburant.

Cockpit du DR400 - En attente au point d'arrêt
Ambiance de nuit dans le cockpit de notre DR400

Les 180 L de carburant embarquables assurent à la version 180 CV environ 6h d’autonomie à la vitesse confortable de 240 km/h, soit une distance franchissable de 1400 km !

Avec une vitesse de décrochage à moins de 100 km/h et une VNE (Vitesse à ne jamais dépasser) de plus de 300 km/h, il s’agit d’un avion au pilotage assez fin.

Grâce à des coûts d’exploitation réduits, environ 950 DR400 (toutes versions) volent aujourd’hui en France. Cette gamme d’avions à su séduire un grand nombre d’aéroclubs non seulement en France mais plus généralement dans toutes l’Europe.

La production de DR400 est aujourd’hui arrêtée, en raison des problèmes financiers du constructeur, mais une solution est en cours d’étude pour reprendre la production d’un avion aux caractéristiques identiques.

Les autres articles de la série :

About

View all posts by

0 thoughts on “Le Robin DR400

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *